lundi 4 août 2014

Bilan : après 11 mois en tant que végétarienne (à tendance végétalienne).



Non je ne me suis pas transformée en une carotte géante ahah  mais par contre à manger beaucoup de carotte j’ai une bien meilleure couleur de peau !

Qu’en est-il alors depuis ce changement d’alimentation.

Une meilleure digestion 

….et un meilleur transit (du fait de l’intégration de nombreux aliments riches en fibres). C’est indéniable et c’est l’effet le plus flagrant depuis que je suis devenue végétarienne. Avant d’avoir entamé ce changement d’alimentation, j’étais constamment prise de ballonnements, gaz, spasmes à répétition et j’allais à la selle tous les 4 jours en moyenne. J’étais constamment constipé. Mal dans mon ventre. Lourde. Et puis bien sûr il m’arrivait d’avoir des diarrhées …que j’appelle fausse diarrhées (car en faite c’est mon corps qui au bout d’un moment voulait expulser ce qu’il n’a pas pu faire depuis des jours…).
Je me sens désormais mieux et légère.

Manger varié 

Depuis que je me suis documentée et renseignée de toute part sur l’alimentation, j’ai eu une réelle prise de conscience sur ce que l’on nous vendait dans les magasins (produits raffinés, sucre et sel en excès…) et que l’alimentation jouait un rôle majeur dans l’apparition ou non de maladie. Du coup steak pâtes au repas c’est fini.
Je mange tellement plus coloré et diversifié qu’avant que c’est un bonheur d’éplucher, couper, assaisonner  tous mes petits légumes ...j’ai l’impression de faire du bien à mon corps à manger autant de variété de légumes ou fruits…Grâce au végétarisme, je me suis découvert une nouvelle passion : la cuisine, découvert de nouveaux goût, de nouveaux légumes et être curieuse de tout désormais.

Ongles, cheveux et peau 

Cuisiner « l’arc en ciel », te permet d’apporter pleins de minéraux et vitamines chaque jour à ton corps J donc je crois n’avoir jamais eu des ongles aussi forts (ne se dédoublent plus, ne sont plus mous), des cheveux forts et qui poussent vite (je vous donnerai mon secret pour des cheveux brillants !) et une peau assez lumineuse (on m’a complimentée à plusieurs reprises !)…je pense qu’il faut attendre quelques mois pour voir une différence.

Manger mieux c’est ne pas manger moins

Amalgame évident, quand on dit que l’on mange mieux on l’associe automatiquement à régime et restriction…comprenez bien que ce n’est pas du tout le cas. Je ne me prive en rien. Et tant mieux.
Je me nourris de produits sains et fait maison, je diversifie mon alimentation et si j’ai faim à quatre heure je mange des fruits en abondance…jusqu’à temps que mon estomac soit content…et il l’est !
J’ai remarqué aussi qu’il ne faut pas culpabiliser de faire des écarts. Faut même en faire je dirais…l’alimentation est une question d’équilibre et il ne faut pas s’en vouloir de manger du fromage un jour ou un gâteau industriel (surtout si vous en avez envie !). Tout est dans le juste milieu. Écoutez-vous. Donner à votre corps ce qu’il vous semble le mieux et tournez vous vers les fruits et légumes que vous adorez dans un premier temps.
Faites un pas après l’autre. Sans jamais forcer J

Détox

Moi je crois n’avoir pas subi de détox en adoptant cette alimentation. Juste des maux de tête (je n’ai jamais eu de migraine) et parfois une sensation de fatigue sur quelques jours.
Par contre, mon copain qui m’a suivi dans cette alimentation a eu beaucoup plus de mal. C’était un gros mangeur de viande et de malbouffe, donc je pense qu’il a fait la transition vers le végétarisme un peu trop vite…et son corps a eu du mal à s’adapter. Il a eu énormément de gaz intestinaux. A outrance. Ca en devenait même gênant. J’ai pensé qu’il avait un désordre au niveau de sa flore intestinale. Après une cure d’un mois pour restaurer sa flore, les effets étaient là. Mais c’est qu’au bout de 3 mois que tout est revenu dans l’ordre. Etre patient. C’est la clé.

Sommeil et énergie

Je dors bien. En même temps j’ai toujours bien dormi. Mais je pense que là c’est encore mieux. Je me couche assez tôt. Oui j’aime mon lit. Et je dors au minimum 8h.Au niveau de l’énergie, je ne vois pas de différence. Juste que ma digestion est tellement meilleure que je n’ai plus le coup de barre après manger…Le kiff. Je ne somnole plus.

Et socialement ?

C’est un des points les plus difficiles je pense. La famille ou les amis sont souvent désorientés quand on leur annonce que l’on devient végétarien. Soit on les intéresse (et il nous pose des milliards de question), soit il nous prenne pour des fous…je ne compterai plus le nombre de fois où j’ai du me justifier de mes choix. Désormais je ne le fais plus. J’exprime mon point de vue sans vouloir que les autres y adhèrent. Je ne juge pas ceux qui mangent de la viande. Chacun fait ce qu’il semble le meilleur pour lui. Ma famille avait peur de la carence de protéine, de fer et calcium…je leur ai juste expliqué que tout ça c’était des idées reçues…en mangeant varié peu de chance pour la carence. Comme il me voit heureuse et bien dans ma peau maintenant (je ne pleure plus de souffrance à cause de mes maux de ventre désormais) ils ont compris et me soutiennent.
Au restaurant c’est comique parfois. Une salade sans œuf, viande, poisson et fromage ne court pas les rues…donc on jongle avec les menus et mes amis essaient toujours de trouver un restaurant avec une option végétarienne. Au final ce n’est pas si dur.

Etre végétarienne c’est vraiment un état d’esprit mais c’est loin d’être difficile à maintenir. Non c’est naturel en faite. Ça fait partie de moi maintenant et je ne me verrai plus autrement. Je me sens mieux mentalement et physiquement et je suis plus en adéquation avec mes valeurs et ce que je souhaite pour ce monde. J’ai l’impression de me reconnecter avec la nature. J'ai trouvé mon équilibre.



Voici un extrait d’un article que j’ai lu et qui fait beaucoup réfléchir :


 « Une expression dit que nous sommes ce que nous mangeons. Dans les pays de l'Est où le végétarisme fut l'alimentation pendant des milliers d'années, les gens reconnaissent que, quoi qu'ils consomment, forme une partie de leur organisme, et influence aussi leurs pensées.
Ils pensent que s'ils mangent la chair d'un animal, le mental et les vibrations émotionnelles ou les caractéristiques de l'animal formeront une part de leur propre nature. Aujourd'hui, la science recherche les effets que nos propres hormones du stress ont sur notre corps, et comment les dommages du stress, à
long terme, agissent sur nos organes. Imaginez les animaux dont les derniers moments de leurs vies sur terre ont été envahis d'hormones stressantes, provoquées par l'état de peur juste avant d'être abattus. Ceux qui mangent de la viande ne mangent pas seulement de la chair, mais aussi ces hormones de stress Par conséquent, beaucoup de gens élevés dans les traditions de l'Est préfèrent vivre de nourritures végétales, qui sont plus favorables à un équilibre mental. »

Prenez soin de vous et n’hésitez pas à me poser des questions en commentaire !

Des bisous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire